http://www.regionlrmp.fr/Un-nouveau-territoire-33814

Un nouveau territoire

Née officiellement le 1er janvier 2016, la Grande Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée redessine les contours du territoire le plus attractif de France.

Cette nouvelle Région aux compétences renforcées regroupe désormais 13 départements et un patrimoine exceptionnel.

La région la plus attractive de l’Hexagone

  • Population : 5e région la plus peuplée de France : 5 724 711 habitants (Insee, au 1er janvier 2014), soit 8,7 % de la population. 78,7 habitants au km2 (116 en métropole).
  • Croissance démographique  : Avec plus de 50 000 nouveaux habitants chaque année, la région verra sa population globale augmenter de 800 000 personnes d’ici 2030.
  • Urbain-rural : La population de la Grande Région peut être répartie en trois groupes : 1/5 de la population vit dans l’une des deux Métropoles, Toulouse (725 000 habitants ) ou Montpellier (434 000 habitants) ; moins d’un tiers (28%) vit dans les Communautés d’Agglomération (hors Toulouse et Montpellier) ; enfin plus de la moitié (51%) vit dans les autres Communautés et groupements de communes.
  • Âges : Un peu moins de jeunes et un peu plus de « seniors » qu’au niveau national : 23 % (au lieu de 24,4 %) ont moins de 20 ans et 19,7 % (au lieu de 17,2 %) plus de 65 ans.

Une « grande région » plus vaste que l’Irlande

  • 2e plus grande région de métropole (72 724 km2). Plus grande que l’Irlande (70 273 km²), deux fois plus grande que la Catalogne (32 113 km2) ou la Belgique (30 528 km2).
  • 13 départements (le plus grand nombre pour une région) 4 565 communes (12,5 % des 36 529 communes de métropole).
  • 5e PIB régional : 150,397 milliards d’euros, soit 7,2 % du PIB national. La plus forte croissance moyenne entre 1990 et 2012 : + 2,1 % par an.
  • Tertiaire : 1 716 900 emplois et 78,6 % de la valeur ajoutée.
  • 1re région pour le taux de création d’entreprises : 15,2 %.
  • 35 grandes écoles, deux grandes universités à Toulouse et Montpellier ainsi que des sites universitaires répartis sur l’ensemble du territoire pour un total 227 148 étudiants.
  • 8 sites classés Patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco.
  • 3e région en monuments historiques : près de 4 500.
  • 2 Parcs Nationaux, 1 Parc Naturel Marin et 6 Parcs Naturels Régionaux.
  • 215 km de littoral, 40 000 hectares d’étangs et lagunes.
  • 2 900 kilomètres de voies ferrées, 550 trains et 61 000 voyageurs quotidiens.
  • 10 aéroports, fréquentés par 10,737 millions de passagers en 2014.

Source : Insee, Régions LR et MP, Sacem, ministère de la Culture, Inao

Le canal du Midi, un trait d’union très touristique

Patrimoine mondial de l’humanité, le canal du Midi est depuis le XVIIe siècle un trait d’union de 240 kilomètres entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Et un bel atout touristique…

Conçu il y a 350 ans sous Louis XIV par l’ingénieur biterrois Pierre-Paul Riquet, le canal du Midi relie Midi-Pyrénées au Languedoc-Roussillon, la Garonne à la Méditerranée, Toulouse à l’étang de Thau et au port de Sète. Les historiens le considèrent comme le plus grand chantier du XVIIe siècle après celui du château de Versailles.

« Une des réalisations les plus extraordinaires du génie civil de l’ère moderne » selon l’Unesco. Le canal du Midi enchaîne 350 ouvrages d’art : 126 ponts, 63 écluses, 55 aqueducs, 7 ponts-canaux, 6 barrages, un tunnel… À l’ouest, il a été prolongé par le canal de Garonne avec lequel il forme, entre l’Atlantique et la Méditerranée, le Canal des Deux Mers. À l’est, le canal du Midi a été prolongé par le canal du Rhône à Sète, qui relie l’étang de Thau à Beaucaire depuis le XVIIIe siècle.

Si le transport de marchandises a cessé sur le canal du Midi, 1,5 million de visiteurs le fréquentent tous les ans à pied, en bateau ou à vélo. Le chef d’œuvre patrimonial est donc aussi un poumon économique, aux retombées annuelles estimées à 122 millions d’euros.

Quelque 350 entreprises et 2 000 emplois directs seraient liés à l’activité du canal. Plus fréquenté que la Seine, il assure à lui seul 20 % du tourisme fluvial français. Le trafic des bateaux est au plus fort entre Argens-Minervois (Aude) et les Neuf écluses de Fonseranes à Béziers, avec 10 000 passages par an et une clientèle en majorité internationale.