Accueil Je m’informeEspace presseCommuniqués de presse Communiqué de presse : La République est le ciment d’un (...)

Communiqué de presse : La République est le ciment d’un destin collectif

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a participé aujourd’hui, jeudi 19 septembre, à l’ouverture des XXIIèmes Assises des Petites Villes de France. Lors de son discours d’ouverture, elle s’est tout d’abord adressée aux maires et élus de petites villes pour leur exprimer sa solidarité et son soutien en cette période de tensions. Elle a également profité de sa prise de parole pour exprimer au premier ministre, Edouard Philippe, son ambition pour une République plus juste, passant par quatre chantiers prioritaires pour redonner du sens à l’action publique et de l’espoir aux citoyens.

Les Français expriment aujourd’hui leur volonté de retrouver une société plus juste, plus humaine, plus soucieuse du collectif. Depuis 45 ans, le mot « crise » a envahi nos vies. Morale, politique, économique, sociale, environnementale. La réponse doit être globale. Et, jamais, sans doute, notre société n’a été plus disposée à envisager un nouveau modèle de développement.

Ce nouveau modèle doit garantir l’équilibre entre la justice sociale et territoriale d’un côté, et la préservation environnementale de l’autre. Ce n’est pas une chimère, mais une nécessité. Il suffit de lire les idées exprimées lors du grand débat national qui mettent en exergue trois valeurs cardinales : la proximité, la citoyenneté et la solidarité, a déclaré la présidente Carole Delga, avant de poursuivre en déclinant les grands chantiers à mettre en œuvre : maintien des services publics de proximité, mise en œuvre de la République des territoires, renouveau démocratique et refonte de la contractualisation.

Nos territoires, pour se développer, ont besoin des services publics qui constituent la colonne vertébrale de ce pays. Le service public est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas. Nous avons besoin d’investir massivement pour relier les habitants par les voies numériques, ferroviaires, ou routières ; nous devons être vigilants quant à cette réforme des « perceptions » qui nourrit beaucoup d’inquiétudes chez les agents et les usagers. Nous avons aussi besoin d’un nouvel acte de décentralisation, travaillé en confiance, dans un dialogue franc et constructif. Le bon sens voudrait que les collectivités locales s’occupent et gèrent la proximité et le quotidien tandis que l’Etat se concentre sur le régalien. Cette République des territoires, que j’appelle de mes vœux, nous en avons la maturité. Il faut responsabiliser les collectivités et non les infantiliser. C’est le cas aussi pour nos concitoyens, à qui nous devons un renouveau démocratique. La Région Occitanie se veut précurseur en ce domaine, avec notamment la mise en place de budgets participatifs, des parlements de la Montagne et de la Mer. La participation, la concertation sont des manières d’entendre les citoyens pour agir de façon constructive au plus près de leurs besoins. Enfin, le temps de la contractualisation Etat / Région s’ouvre dans les prochains mois. Nous devons mettre un coup d’arrêt à l’empilement des dispositifs. La multiplication des instances de gouvernance, la lourdeur et la complexité des appels à projets, rendent les démarches illisibles, chronophages, insupportables…

La présidente de Région a conclu sur un message positif à l’adresse des élus présents, « ce pays a plus que jamais besoin des élus, des maires notamment ; ce pays a besoin de femmes et d’hommes qui s’engagent pour lui, avec détermination et passion. Ce pays a besoin que l’on croit en lui. Parce que la République, ce n’est pas une promesse, un sacerdoce, un réceptacle de petites ambitions personnelles. C’est le sens d’une vie, le ciment d’un destin collectif.